Forum RPG post-apocalyptique où vous pouvez incarner un des 7 peuples offerts
 

Partagez | 
 

 Premières manifestations des maladies extraterrestres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adrien de Forne
 
 
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 06/07/2016
Localisation : Blanroc

~ Personnage ~
Informations:
Titres:
Points: 0 point

MessageSujet: Premières manifestations des maladies extraterrestres   Mer 16 Aoû 2017, 05:47

RP spécial

Récit de feu l'explorateur et aventurier Viatol de La Rive, azurien de cœur, destiné à trépasser dans la souffrance.
Au mois d'octobre de l'année 106 de l'ère de l'empereur Margot I



[…] Par maintes folies je me fis envahir durant mon sommeil troublé. Mon esprit tourmenté avait des vues cauchemardesques sur les collines de Karadès. Un être s’avança vers moi. Sa démarche était étrange, autant que sa forme, qui n’était pas celle d’un humain ni d’une quelconque créature que je puisse avoir connu en ce Monde. Il pencha sa tête au-dessus de la mienne, couchée sur un lit de mousse au bord de l’océan. Mais à la vue de son visage, je fus pris d’une peur sans nom. Je voulus me lever rapidement, mais il étendit la paume de sa main sur mon front en sueur. Immédiatement, je subis toutes les émotions du Monde; des plaisir euphoriques mélangés aux souffrances les plus terribles.
Or donc, juste avant que mon corps et mon âme ne se scissionnent, je me réveillai, nébuleux et encore essoufflé d’avoir éprouvé une nuit aussi agitée.

Je ne cherchai point un quelconque sens à tout cela et je m’efforçai de me mettre debout et de continuer ma route sur les chemins de Nova Nunc. Alors que je longeais la côte vers l’Ouest, des bruits commencèrent à me venir aux oreilles. De plus en plus forts et distinguables, je me rendis compte qu’une bataille sévissait près de moi, à quelques centaines de mètres à peine. La curiosité prit la commande de mes membres et je me mis à courir comme un fou en direction du champ de bataille, que tous les combattants voulaient fuir.

C’est alors que je vis la plus grande armée de toute ma vie. La plus inhabituelle, aussi, car tous les soldats étaient de la même espèce que l’être que j’avais aperçu dans mon sommeil. Ce rêve se révéla… prémonitoire, fort probablement. Je fus pris d’effroi et tentai de fuir, mais au premier pas seulement, un des monstres me vit et se rua à ma poursuite. Je-ne-sais quel enchantement le faisait courir aussi vite, mais il me rattrapa bien rapidement.

Or donc, je sortis ma dague pour seule défense, toutefois je ne tins que quelques minutes lors du combat, puis je me blessai gravement au bras. Soudain, des pirates vinrent m’épargner en tuant quelques de ces bêtes immondes, que je décidai de nommer extraterrestres, car d’où venaient-ils je ne m’en souciai guère, mais ils ne venaient certainement pas d’ici. D’autres humains furent faits prisonniers, semble-t-il au plus grand malheur des pirates. Ils ne me laissèrent pas libre, cependant : comme leurs confrères prisonniers des envahisseurs, je fus l’un des prisonniers des pirates, comme bien d’autres survivants d’ailleurs. Ces bandits n’avaient aucune pitié et ramenèrent avec eux, tels des charognards, ce qui restait de la bataille.

Leur bateau partit au crépuscule dans les eaux de l’océan Rion Est, moment bien imprudent pour faire voile, surtout lorsque la Lune se cache derrière un rideau de nuages. Ils me mirent en cage, dans la cale du navire, et je m’efforçai de trouver une position confortable pour passer la nuit. La peur de revivre mon cauchemar m’empêchait de trouver le sommeil. Couché sur le côté, je regardai mon bras blessé, qui avait une affreuse allure et guérissait très mal. Le sang avait coagulé, mais une teinte verte s’étendait peu à peu à la surface de ma peau. Et, malgré tant d’inquiétudes je m’endormis finalement.

Je retrouvai le lendemain un matin qui semblait chaud et ensoleillé, mais je ne puis profiter des rayons du Soleil, car on m’avait laissé sous le pont du bateau. L’état de mon bras avait encore empiré, tellement que j’étais pris d’énormes douleurs en essayant de le plier. Quelques pauvres jours passèrent ainsi, lentement. Mêlé aux rats et à toutes les odeurs nauséabondes que pouvait avoir une cale mal entretenue, je restais entre mes barreaux, parfois debout, d’autres fois assis; je vécus des journées monotones jusqu’à celle où je me surpris à entendre des voix.

Ces voix n’existaient pourtant pas vraiment, la personne la plus proche de moi était en train de ronfler… Je les entendais dans ma tête. Je pouvais distinguer au moins cinq personnes qui discutaient entre elles. Mais le son avait un terrible écho et le bruit était sourd, ce qui rendait le tout énormément cacophonique; et rapidement j’attrapai un énorme mal de tête. Je pus tout de même discerner les mots « prisonnier » et « cale », ce qui me fit comprendre que les voix que j’entendais étaient celles des pirates, qui discutaient ensemble sur le pont du navire. Mais le bruit continuait, de plus en plus fort, ça en dépassa ma limite. Je poussai un incroyable cri en espérant me soulager : « AAAAAAAAH! » Tous les sons disparurent, hormis celui de talons sur un plancher de bois. Les pirates m’avaient entendu, évidemment, il fallait m’y attendre. Un des hommes, celui qui avait une oreille manquante et un grand chapeau noir, s’approcha des barreaux.

« Qu’est-ce qu’il a, le vieux? Il est pas content? demanda-il sur un ton moqueur.

― Attendez, patron, rapporta un autre. Regardez son crâne. Et ses épaules! Il est tout plein de bulles.

― Quel obscène sortilège les Dieux ont-ils pu lui jeter? rétorqua le capitaine. Jetez-le par-dessus bord! Je ne veux pas de cette infecte créature ici, il va contaminer tout le navire. Dépêchez-vous! »

Déjà on me traite ainsi, pensai-je. Une chance que mon âme m’avait quitté peu après pour que je n’eusse point à raconter la suite…

~  ~  ~

C’est alors que, non sans débattement, on jeta l’aventurier à la mer. Le pauvre homme usa de toutes ses forces pour rejoindre le rivage. Avant même d’avoir pris le temps de se calmer, il courut comme un dératé sur la côte jusqu’à ce qu’il trouve l’orée d’une grotte. Le maladif décida de s’y réfugier pour fuir les pirates, fuir la peur… fuir la vie. Caché du monde, il resta dans ce sombre endroit pendant quelques jours. Son étrange maladie avait maintenant atteint toutes les parties de son corps, qui semblait avoir enflé de partout. Des yeux lui avaient poussé sur le visage et sa tête avait gonflé comme un ballon. Il était maintenant difficile pour lui de se déplacer, car une croûte s’était formée à la surface de sa peau, dure comme le roc. L’explorateur se rendit au bord d’une haute faille et, longtemps, médita sur la vie et sur l'avenir. Puis, soudainement, il voulut bondir pour mettre fin à ses jours, mais ne fut pas capable de plier ses jambes. C’est alors qu’il essaya de se laisser tomber par en avant, mais la pierre de ses pieds s’était mêlée à celle du sol.

Et dès lors il resta coincé à tout jamais, prisonnier de ses pouvoirs et maudit des pirates.


_______________________
N'oublie pas de regarder tes arrières, Invité !
Born To Do This - RuneScape Soundtrack :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Premières manifestations des maladies extraterrestres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nova Nunc, Nova Vitae :: Est :: Île Karadès-
Sauter vers: